Jan 23, 2018

Posted by in Divers | Commentaires fermés sur   Soins infirmiers en milieu hospitalier

  Soins infirmiers en milieu hospitalier

  Soins infirmiers en milieu hospitalier

La prestation des soins infirmiers à domicile est différente de celles des soins en milieu hospitalier.

Pour séjourner dans un hôpital et y recevoir des traitements, la personne doit signer une formule d’autorisation.

Elle a peu d’emprise sur les interventions qu’elle subit et doit se conformer aux règlements, aux protocoles et aux horaires de l’hôpital.

Elle reçoit des soins, des bains et des médicaments à des moments qui sont en général déterminés en fonction des horaires de l’établissement et non en fonction de ce qui lui convient.

Bien qu’on lui offre un menu quotidien à partir duquel, elle peut choisir ses repas, la personne hospitalisée a un choix relativement restreint en ce qui concerne les aliments.

Les membres de sa famille et ses amis lui rendent visite pendant les heures autorisées.

  Services de soins infirmiers à domicile

À l’opposé, l’infirmière en soins à domicile est considérée comme une invité chez la personne et doit obtenir sa permission pour la visiter et lui donner des soins.

L’infirmière a très peu d’emprise sur les habitudes, les conditions de vie et l’hygiène de la personne chez qui elle se rend.

Le fait qu’elle ne soit pas pleinement habilitée à prendre les décisions risque dans certains cas, de créer des conflits de rôle pour elle et de nuire à sa relation avec la personne soignée.

Pour intervenir avec succès auprès des personnes, quelle que soit leur situation, l’infirmière se doit d’avoir une attitude non-critique et de respecter leurs croyances, même si celles-ci diffèrent fortement des siennes.

Cela peut s’avérer difficile lorsque le mode de vie de la personne comporte des activités que l’infirmière considère comme dangereuses ou inacceptables, telles que l’usage du tabac, la consommation d’alcool ou de drogues, ou les excès de table.

Il arrive que la propreté de la maison ne soit pas à la hauteur de celle de l’hôpital.

Même si l’infirmière peut donner de l’enseignement sur le maintien de la propreté des lieux, c’est à la personne et à sa famille qu’il revient de mettre ou non en pratique ses suggestions.

L’infirmière doit accepter la situation telle qu’elle est et prodiguer les soins quelles que soient les conditions d’hygiène de milieu.

Les appareils et le matériel habituellement disponibles dans les milieux de soins de courte durée font souvent défaut au domicile de la personne.

L’infirmière doit donc improviser, par exemple lorsqu’elle doit changer un pansement ou effectuer un cathétérisme alors que la personne est installée dans un lit ordinaire, dont l’inclinaison n’est pas réglable, et qu’il n y a pas de table de chevet.

À domicile, la lutte contre l’infection est aussi importante qu’en milieu hospitalier, mais, elle peut présenter plus de difficultés et nécessiter le recours à des solutions ingénieuses.

Comme dans n’importe quelle situation, il est important de se laver les mains avant et après, la prestation de soins directs, même dans une maison où il n’y a pas d’eau courante.

Si la technique aseptique s’applique, l’infirmière doit avoir un plan pour la mettre en application avant de se rendre au domicile de la personne.

Selon un conseiller de Filiassur assurance, cette directive s’applique aussi aux précautions universelles, aux mesures contre les risques de transmission, ainsi qu’à l’élimination des sécrétions et excrétions.

Filiassur essaye à tout prix d’assurer une protection sociale en mettant “la prévention” au cœur de ses produits d’assurance.

Comments are closed.