Sep 29, 2016

Posted by | Commentaires fermés sur Londres joue sur la fiscalité pour éviter le KO du Brexit

Londres joue sur la fiscalité pour éviter le KO du Brexit

Londres joue sur la fiscalité pour éviter le KO du Brexit

Après l’annonce des résultats de vote des britanniques favorables pour une sortie de l’Union européenne, les réactions restent toujours divisées, et même les pro-Brexit commencent à lâcher. En effet, le Royaume-Uni craint désormais la fuite des capitaux, multinationales – Vodafone a déjà menacé de délocaliser – et cerveaux vers d’autres pays en Europe. Pour faire face à ce naufrage, le gouvernement londonien a décidé de jouer la carte de la fiscalité pour alléger les charges sur les entreprises et être plus compétitif sur le marché : Londres envisage peut-être de devenir un paradis fiscal.

L’impôt sur les sociétés, le nouvel atout londonien

Soucieux des futures conséquences du Brexit en terme de fiscalité ( lien vers la fiscalité des start-ups francaises)  , Londres a annoncé un plan de baisse du taux de l’import sur les sociétés. Étant de 20%, considéré déjà comme bas, ce taux sera de 17% en 2020 et passera ensuite à 15% comme l’a indiqué George Osborne, le ministre des Finances, au Financial Times.

Avec un tel taux, le Royaume-Uni aura un avantage considérable sur l’Allemagne et la France où les sociétés sont taxées à hauteur de 30% et plus. Il s’approchera notamment de la Suisse où le taux est de 17,92%, mais reste toujours lointain du voisin irlandais avec son taux de 12,5%. En termes de chiffres, cette baisse profite bien au Royaume pour être plus compétitif face aux géants économiques de l’Europe, mais aussi face aux pays considérés comme des paradis fiscaux comme la Suisse et le Luxembourg. Cependant, les apparences sont souvent trompeuses.

brexit

Peut-on croire à cette baisse fiscale ?

Il est évident que Londres est en train de faire de la com’ pour maintenir les capitaux et cerveaux résidents sur ses terres, mais également pour séduire de nouveaux investisseurs même après le départ de l’Union européenne. Cependant, ces derniers doivent avoir la vision encore plus longue et se poser la question : Peut-on croire à un vrai paradis fiscal britannique ?

Pierre Moscovici, le Commissaire européen aux Affaires économiques, pensent que les contribuables vont devoir gagner avec cette baisse fiscale, mais ceci causera d’énormes pertes au Trésor britannique, déjà plongé dans des déficits trop élevés. Pour compenser, Londres cherchera des recettes ailleurs via la hausse d’autres impôts comme la TVA. Pire avec le Brexit, la Grande-Bretagne va se priver de certains accords et mécanismes protecteurs pour son système fiscal. De même, les concurrents du Royaume ne resteront pas les bras croisés et vont se joindre à cette course fiscale ce qui pourra limiter cette nouvelle action britannique.

Pour les entreprises, la baisse du taux d’impôt sur les sociétés reste un facteur intéressant, mais pas le plus important, pour optimiser leur implantation géographique. Ces dernières prennent en considération toute la politique fiscale et plus précisément les autres impôts appliqués sur les entreprises (impôts sur les transactions commerciales, sur les plus-values, échanges entre filiales, etc) avant de prendre leur décision ce qui poussera peut-être les britanniques à fournir plus d’efforts en la matière pour les séduire.

Read More
Sep 26, 2016

Posted by | Commentaires fermés sur Les Start-ups Française en croissance selon les experts en management.

Les Start-ups Française en croissance selon les experts en management.

Les Start-ups Française en croissance selon les experts en management.

 

Mr Weinberg, expert en réduction de coût et création De Start-ups affirme qu’aujourd’hui 4 000 start-ups sont à Paris, 12 000 si on intègre la région parisienne, c’est plus que Londres et Berlin. Dans la révolution digitale, la France est positionnée dans le peloton de tête avec une croissance de plus de 37 % sur le chiffre d’affaire total réalisé par les Start-ups.

Il faut vite passer à la vitesse supérieure:

Les conseils que donne l’expert en start-up ( voir ici son profil) est qu’il ne suffit pas d’avoir une idée, car tout le monde a une idée, aussi géniale, soit-elle, mais le plus important est l’exécution. Les sept principes directeurs afin de créer une start-up son assez simple.

creation-start-up

Les sept principes directeurs:

Le premier est la mise en œuvre, la capacité de lancer vite, de faire des tests utilisateurs et après d’adapter. Le modèle classique d’itération. Il vaut lieux lancer vite ensuite étudier.

Le deuxième point important est de constituer une équipe complémentaire avec des personnes avec laquelle il y a des affinités, car il est assez compliqué de lancer une activité et ensuite se poser la question de l’entente avec les personnes avec qui on travaille tous les jours.

Le troisième point important est de maitrise les technologies et le business. Quand on parle d’application web, il est préférable d’avoir au sein de son équipe une personne avec les compétences nécessaires afin de ne pas recourir à des prestataires externes afin de ne dépendre de personne.

L’un des points les plus importants le quatrième point est le financement. Financer une Start-up est juste essentielle, car il ne faut pas le financer trop tôt qui se r donner du capital a un partenaire financier pour pas grand-chose ou trop tard qui amènerai à la fin de l’entreprise.

Le point cinq, c’est de trouver des leviers ou des partenaires, des gens qui ont un réseau qui ont déjà de l’expérience et être beaucoup plus crédible auprès de fonds d’investissement avec l’aide de partenaire qui ont de l’expérience dans le levé de fond.

Le sixième point est essentiel puisqu’il s’agit de ne pas faire de business plan, il faut avoir un modèle économique, mais ne pas construire de business plan détaillé, car le modèle devra se construire au fur et à mesure. Il faut lancer l’application lancée les idées, les tester et le modèle économique se mettra en place.

Le dernier point, il faut avoir un grain de folie, car à l’heure du digitale, on a la capacité d’être tout de suite internationale, avoir de grosses bases de données. Il ne faut pas avoir peur de ses ambitions et construire le projet dont on rêve à la hauteur d’un entrepreneur a vision mondiale.

Read More
Mar 18, 2016

Posted by | 0 Comments

Le Chine, un commerce d’armes doublé en à peine 5 ans.

Malgré l’embargo maintenu par les pays occidentaux sur la Chine par rapport à la fabrication d’armes la Chine fabrique néanmoins ses propres armes.  La Chine construits ses propres armes  et elle les exporte également partout dans le monde.

D’après le rapport de l’institut international de recherche pour la paix en Scotland, la Chine serait devenue le troisième exportateur mondial d’armement en détrônant la grande Bretagne, la France et L’Allemagne. Les exportations d’armes chinoises ont augmenté de 160 % au cours des cinq années entre 2008 et 2012. Les autres grands exportateurs d’armes sont les Etats-Unis, la Russie, l’Allemagne et la France. La Chine a remplacé la grande Bretagne au cours des cinq dernières années ensuite elle a pu détrôner l’Allemagne et la France et représente 5 % des exportations d’armes dans le monde.

Le premier client de la Chine est le gouvernement du Pakistan qui lutte contre une insurrection et en train de renforcer son arsenal nucléaire. L’autorité chinoise affirme que toutes les ventes d’armes sont conformes aux réglementations internationales et ne nuisent pas à la stabilité des régions ou les armes sont vendues.

Le régime chinois fait l’objet d’une enquête concernant l’approvisionnement en arme de pays en difficultés comme le Soudan, la Syrie, le Pakistan et la Birmanie. Amnesty Internationale estime que la Chine est l’un des pires Pays en termes de vente d’arme irresponsable. L’organisation accuse le régime chinois d’armer les pays engagés dans des conflits armés contre leurs propres populations et de renforcer la violence.

La Chine réserve un Budget militaire dans la fabrication d’armes qui dépasse les 120 milliards d’euros. La demande d’arme chinoise augmente de plus en plus grâce a leurs faibles coûts de fabrication.

Read More